Pour un leadership à Madagascar

POUR UN LEADERSHIP A MADAGASCAR…

Il est bien vrai que ce qui se passe actuellement à Madagascar vous affecte. Je n’en doute pas ! La même situation m’affecte particulièrement de manière épouvantable. Et je me dis : est-ce une raison pour que je continue de m’enfoncer dans la désolation et le découragement, jusqu’au point de ne pas partager, ne serait-ce qu’une seule fois, ce que je ressens et pense de cette triste situation ?

Ne vous en faites pas, ce que je vais dire n’a rien de choquant, ni de troublant… C’est plutôt une réaction neutre et pacifique, un regard d’un citoyen ordinaire. C’est une pensée, j’ose bien le dire, qui se moque en quelque sorte de  ces semblants dirigeants formant les deux camps belligérants actuels. Réservons-nous d’utiliser le mot « leader » car il n’a pas du tout sa place dans le contexte actuel! Vous pouvez d’ailleurs enlever ce gros titre prétentieux que j’ai mis à l’entête de ce drôle de courriel…

Ecoutez, mon scénario n’a rien de complexe ! Il est très simple ! Si vous me permettez, on va octroyer des « surnoms » aux quatre acteurs du « cinéma » et qualifier le genre d’« Humour tragique ». Quant au titre du film, il sera à la fois simple et ordinaire : « Rien ne sert de courir ! »  Si jamais ce scénario court métrage connaît du succès, vous direz à BAN KI MOON de venir au pays nous offrir l’Oscar 2009.

Le générique du film serait constitué des images des personnages historiques tels que Gandhi, King, Mandela, puis subitement de celles d’Obama, de Sarkozy, de Gordon et se termine avec celles de Mugabe, de Kadhafi, de R8 et de Andry TGV…accompagné d’un assourdissant fond musical, sans commentaire.

Je ne suis pas trop sûr que vous l’ayez constaté ! Pourtant cela saute aux yeux !… c’est l’impression que j’aie en tout cas, TGV va trop vite ! Je suis sûr que le jeune maire oublie que gouverner une Nation ne se fait pas de la même manière que gérer une commune. Pire encore, avec ses quelques années d’expériences de DJ ou d’organisateur de spectacles, il risque fort une fois au pouvoir, de faire déborder les talents musicaux des malgaches au risque de susciter la jalousie des îles sœurs, et qu’au lieu de faire labourer les rizières, les citoyens passeront beaucoup de temps à fabriquer des instruments, à chanter et à danser, ce qui n’est pas mal, mais à la longue, on pourrait avoir mal à la gorge et même avoir les yeux bridés… En tout cas, si le maire persiste dans sa lutte contre et pour le pouvoir, en comptant sur son expertise en matière de DJ, il va sans nul doute inculquer, non pas une véritable démocratie mais une « démocratie musicale » dans la tête des gens de la Capitale d’abord, car l’on ne sait pas encore s’il va réussir à persuader ceux des provinces de la Grande Ile rouge, oui, rouge comme la couleur du sang !

Cher R8, lui, il croyait être au-dessus du TGV et s’est permis de s’octroyer deux Forces One. Mais il oublie qu’avoir un seul avion suffit largement pour les « tourismes gouvernementaux » car, quel que soit le nombre d’avion qu’il a, la force motrice de l’avion restera one, elle ne sera jamais deux, ni trois, ni quatre… Le nom de l’avion a été maudit depuis son invention ! Personne ne peut lui en vouloir ! Et je comprends maintenant pourquoi le développement économique du pays va à 08km/h tandis que les business magro-tiko agroalimentaires filent à 80km/h. C’est carrément l’inverse ou quoi ! Actuellement je me rends compte à quel point j’avais raison d’avoir admiré le parcours politique de R8. Je me disais que son itinéraire devait être le plus fantastique et séduisant de l’histoire, car on n’a jamais vu un « laitier » devenir président de république. Sauf dans le pays comme celui de Mme Gaspard. Diriger des entreprises n’est pourtant pas, semble-t-il, la même chose que gouverner une Nation. C’est quand même vrai ! Devant les ouvriers de son entreprise, le chef ne fait que dire à ceux-ci ce qu’ils doivent faire, alors que devant les citoyens, il lui faut maîtriser le verbe, faire preuve de conceptualisation de sa politique, des projets d’Etat  et tenir compte de plusieurs circonstances jusqu’au moindre paramètre. Chose qui a toujours échappé à R8 chaque fois qu’il fait son discours. Mais écoutez, on n’est pas là pour décourager ! Félicitons quand même les efforts qu’il a fait en malgache d’abord, puis en français…Ce n’est pas toujours évident à son âge de maîtriser les langues surtout quand on a la « tête dans le lait ». Et tant que le peuple n’a pas « le lait dans la tête », il ne pourra jamais bien assimiler la langue des investisseurs internationaux.

Chers Instruments, paix à vos âmes ! Guérison à vos blessures ! Mes condoléances à vos familles ! Ne soyez pas si vite choqués ! Je sais que vous êtes souverain. Mais vous me surprenez avec votre manière de vous sacrifier pour la Nation…Ok ! Je suis d’accord avec vous, l’intention était de devenir des martyrs mais, pourquoi êtes-vous allés seuls au lieu de sacrifice ? Je pensais que vous y êtes allés avec votre chef, mais hélas !… Ce n’est qu’après que je vous ai vus seuls, abandonnés, déchirés, abattus, troués, devant l’impensable futur palais de votre chef actuel. Pourtant, je vous ai déjà dit que rien ne sert de courir ! Vous auriez pu bien attendre, comme on le fait partout ailleurs, pour que le chef soit à la tête de cette marche démocratique…Vous aussi ! Paix à vos âmes ! Guérison à vos blessures ! Mes condoléances à vos familles ! Mais dites-moi, depuis quand les ancêtres vous ont-ils permis de vous amuser avec les cadavres ? Vous savez bien que les dépouilles mortelles sont plus que sacrées dans notre culture… et je ne sais pas quelle mouche vous a piqués, serait-ce une « mouche arabe », pour que vous  fassiez des manifestations en compagnie des cadavres ensevelis de la couleur nationale ?…Vraiment, je me désole de ce que vous êtes en train d’imiter bêtement chez les autres. Dites, je vous en prie, à votre TGV que rien ne sert de courir ! Mais j’ai l’impression qu’il est déjà arrivé, c’est plus la peine de le lui dire ! Enfin, je veux dire que le TGV n’est plus loin, non de la gare, mais du garage ! Savez-vous ce que je rêvais pour lui ???  Mettre le pied sur le frein, au lieu de le mettre sur l’accélérateur, tout en évitant, démocratiquement bien entendu, de se contredire, afin de pouvoir se présenter aux prochaines élections présidentielles. Mais hélas ! à 34ans, le jeune homme risque de…je ne sais pas…mais dans tous les cas, il a toujours le talent et l’expertise de son ancien boulot. Je ne peux que lui souhaiter bonne mission dans sa vraie vocation ! Et qu’il n’oublie jamais le principe ancestral : Rien ne sert de courir !

Vous voyez que jusque-là, il n’y a rien de méchant, ni de complexe…je n’ai fait que constater comme vous, ce qui se vit et se passe dans ce beau pays que beaucoup de gens, surtout les Français, aiment tant.

Mais avant que le film ne prenne fin, permettez-moi de lancer mon « cri de cœur ! »  Je ne suis pas là pour vous raconter des histoires… J’ai quand même un message à transmettre !

Chers Apprentis, je vous admire ! Je suis  très reconnaissant envers vos bonnes intentions! Et j’ai même envie de vous remercier ! Mais j’hésite de le faire ! Chers Instruments, je vous aime ! Vous m’êtes d’ailleurs très chers ! Et j’ai même envie d’insinuer à vos oreilles qu’« un pays développé est synonyme d’un peuple éduqué ! »  Mais je préfère me retenir !

Gouverner un pays me semble la plus haute responsabilité dans la mesure où celui qui gouverne doit rechercher avant tout l’intérêt de la Nation et celui des citoyens, l’épanouissement de chaque citoyen ainsi que son bien-être, le respect des droits de l’homme et de la dignité humaine, le respect de la démocratie et des libertés humaines. C’est pourquoi j’ai un mauvais sens de l’humour lorsqu’on évoque ce sujet crucial… Et vous m’excuserez d’avoir été, tant soit peu, si direct!

Je sais que vous êtes pressés de savoir la manière dont je vais clôturer ce scénario. Eh bien, je vous dis tout simplement, et du fond du cœur, qu’on ne devient pas président de république de manière opportune ou événementielle, par hasard ou par accident… Non ! Je dis non ! Et quand je dis non, c’est non ! Cela ne peut pas être un oui ! Ma dictature est pour le bien du peuple, comprenez-moi ! Il faut s’y préparer ! Etre leader, c’est être capable de guider, d'influencer et d'inspirer son peuple. Cette capacité à mobiliser ses citoyens doit toujours s’inscrire dans la poursuite des objectifs nationaux et de ceux de chaque citoyen.

Etre leader n’est donc pas donné à tout le monde. Retenez-le ! Il y a ceux qui le sont de façon naturelle ! On ne cite pas les contemporains, ils sont là ! Ils ont fait un long parcours ! Des études en droit, en sciences politiques, en économie,… et surtout en leadership ! Ils ont pris la charrette et non le TGV, pour y arriver sûrement, à temps et à point nommé. De plus, il savait que « rien ne sert de courir ! ». C’est pourquoi ils ont jugé nécessaire d’acquérir les compétences à travers les expériences. Ceux qui ne le sont pas de façon naturelle, je leur conseille d’apprendre à l’être ou à le devenir. Qu’ils sachent que c’est quand même quelque chose qui s’apprend.

Chers cinéphiles, mes plaintes sur la situation politique actuelle à Madagascar se résument en termes de manque de « qualité en leadership », manque de « relève », manque de « leader charismatique ». Le pays est certes en train de vivre un moment sombre et difficile de son histoire. Mais j’ai peur qu’au sortir de cette crise, le peuple ne trouve pas le leader qu’il rêve d’avoir. Et qu’il continue de nager dans  la misère et la souffrance et de se complaire dans l’ignorance et la facilité !

Makarios RAMAMIARIVONY

POUR UN LEADERSHIP POUR UNE AUTRE AFRIQUE,                                                                           www.makarios.e-monsite.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site