Leadership et pouvoir

Quelle relation entre le pouvoir et le leadership ?

Le pouvoir et le leadership sont deux concepts intrinsèquement liés. Si le « leadership » se définit comme capacité qu’a une personne d’exercer une influence personnelle lui permettant de diriger et d’orienter les activités d’un groupe de travail afin d’atteindre les objectifs collectifs, la définition du « pouvoir » nous permet de mieux comprendre l’origine de l’efficacité des leaders.

 

Définition du pouvoir

Si l’autorité a été définie comme pouvoir légitime, reconnu par les membres, la notion de "pouvoir " utilisée dans le phénomène de leadership a d’autres caractéristiques tant dans sa définition que dans son exercice.

En effet, la notion de pouvoir s’applique à l’ensemble des relations individuelles, sociales, politiques ou économiques. Le pouvoir ne se confond donc pas avec la force ni la contrainte. Il suppose la capacité d’influence, de persuasion qui s’appuie souvent sur l’autorité et le prestige. Depuis les travaux du politologue américain Robert DAHL, on estime qu’un individu exerce un pouvoir sur d’autres personnes, s’il peut obtenir d’elles des comportements ou des conceptions qu’elles n’auraient pas adoptés sans son intervention.

SCHERMERHORN, quant à lui, il définit le pouvoir comme la capacité d’amener autrui à accomplir la tâche qu’on veut voir menée à bien, ou d’influer sur le cours des événements. L’essence même du pouvoir se situe dans la capacité qu’a celui ou celle qui le détient d’influer sur le comportement d’autrui. Le pouvoir est la force à laquelle on recourt pour que les choses se passent comme on le désire ; tandis que l’influence est l’effet sur autrui du pouvoir qu’on exerce, c’est -à- dire la réaction comportementale à l’exercice du pouvoir.

Il est vrai que certaines personnes exercent de façon naturelle une influence sur d’autres. Mais le pouvoir dont dispose les leaders efficaces leur vient de plusieurs sources. Le leader ne peut influencer ses subordonnés que si ces derniers sont en relative dépendance par rapport à lui.

Les sources de pouvoir

 

Connaître les sources de son pouvoir est une nécessité pour le leader qui se veut efficace car, l’exercice de son leadership fait constamment référence à l’une ou l’autre des sources suivantes.  John FRENCH et Bertran RAVEN ont identifié des sources de pouvoir que nous pouvons regrouper en deux catégories.

 

Les pouvoirs de position

 

Ceux-ci comprennent :

-        le pouvoir de coercition  fondé sur la capacité de contraindre et d’exercer des sanctions.

-        le pouvoir de renforcement fondé sur la capacité d’offrir une faveur ou un avantage apprécié à une personne ou à un groupe de personnes ; d’autres auteurs l’appellent « pouvoir de récompenser ».

-        le pouvoir légitime qui est basé sur l’autorité rationnelle légale associée à un poste hiérarchique.

 

 

Les pouvoirs personnels

 

Ceux-ci comprennent :

-        le pouvoir de référence (ou charismatique) qui est fondé sur la capacité d’influencer parce que l’on est un sujet de référence, d’admiration et d’identification.

-        le pouvoir de l’expertise fondé sur la compétence professionnelle (connaissances et habileté), plus précisément sur la désidérabilité et la pertinence des compétences détenues au regard des besoins de l’action.

 

A des niveaux variables, un dirigeant aura recours à ces différentes bases de pouvoir. Toutefois, celui à qui l’on reconnaîtra des compétences en leadership manifestera une plus grande maîtrise des bases de pouvoirs personnels.

Quoi qu’on dise des sources de pouvoir,  nous devons reconnaître que l’exercice du pouvoir  reste complexe et fragile en raison de l’évolution et du changement au sein  de l’entreprise car pour rechercher les formes d’organisation les mieux adaptées à sa stratégie et les plus efficaces, l’entreprise doit tenir compte des aspirations de son personnel et améliorer la participation de celui-ci aux prises de décisions.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site